La foire aux poèmes

LA FOIRE AUX POEMES

Extrait de Mots et chemins  de Marie DESMARETZ paru aux Editions HENRY:

Le mot est un pélerin

-comme lui-

qui écarte la ronce

pour épargner le corps

 

Le mot serait-il

son plus fidèle ami?

 

Un inédit de Patrice DUFETEL:

" Je veux vivre à la deuxième personne du singulier 

de l'indicatif présent

                          je veux une trouée de soleil entre

les arbres du salon et moi

je veux la rencontre essentiellement

maçonnée de près

un lustre gris et tendre sur ta bouche

l'autre fois d'une autre fois" 

 

Extrait de L'eldorado de la méduse de Jean Michel DELAMBRE, Prix des Trouvères 2011

"A-t-il la photo d'une Leïli sur lui

un peu de terre dans ses poches

un caillou?

Seuls les mots sont vivants

tu t'appellerais Bachir

et je serais toi...


Sur ton corps

un gyrophare jette des fleurs bleues

Des grives picorent

dans le camp de réfugiés

des grains de givre.

"Aube nouvelle" poème de Marie Desmaretz, Prix Edmond Roche 2015:

Sur le bois tendre de l'eau, un cygne

...et le baiser du jour à la courbe de son cou

Cent mille fois divisée

la lumière glisse contre l'oiseau

 

Dans la berge fraîche

la terre déboutonne des brunères à chaque bride de feuilles mûres

des museaux frottent leur sel aux herbes

des pierres respirent bleu

Sous les ombrelles, des berces balancent du silence et la lessive des iris

 

Sur l'autre rive

-infiniment pluie, infiniment légers-

des cytises marchent de leurs longs pas d'arbres

et versent des soleils dans l'eau

 

Toute la beauté du monde est rassemblée là dans cette aube


Un poème de Nelle, extrait de "Flocons"                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 Un immense coup de chiffon pour faire pomponner les nuages blancs sur la plaine de Flandres. Au-dessus des haies les maisons alors se haussent sur la pointe des pieds pour voir les fossés bien cadrés épouser les ruisseaux nouvellement nés dans la tempête d'hier.

Le silence sourit et les arbres en pinceaux se moquent aussi. Ils prennent au ciel un peu d'outremer et colorent les yeux des filles d'ici. Leurs pères, les commandeurs, n'ont plus que leurs rideaux pour faire semblant de se bien tenir

 

Un poème de Patrice Dufétel, à la mémoire de son père

T'en aller

 

 

La forêt venue,

tu t'assois sur un petit tas de silence,

de feuilles sèches,

tu lèves le front comme un marbre rare,

tu es le soleil et l'ombre,

tu es la nuit prise au collet,

tu es où tu veux demeurer.

Tu n'as pas vu s'enfuir le chemin, l'enfance,

tu chauffes ton âme

au gras de l'écorce,

tu dors dans une lisière

aux rives d'un vent ancien

qui revient nous parler de toi.

Mon père de velours,

j'écoute ta voix traverser le soir justement,

à travers l'oubli

et les branches

d'une forêt en automne.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×